LE FRENCH COCO, REFUGE DU BOUT DU MONDE EN MARTINIQUE

LE FRENCH COCO, REFUGE DU BOUT DU MONDE EN MARTINIQUE

Dissimulé derrière des palissades en bois, isolé du reste du monde aux confins de la presqu’île de la Caravelle en Martinique, le French Coco porte bien son nom : accent anglais pour une clientèle habituée aux standards internationaux de l’hôtellerie de luxe, « Coco » car l’hôtel décline de suites en passerelles un parti pris écologique et un ancrage local, pour une expérience ultra privilégiée et antillaise au cœur.

Le French Coco, c’est d’abord la route qui y mène, comme une mise en condition. La presqu’île de la Caravelle offre au regard des paysages vallonnés et verdoyants, luxuriants, mais sans la sensation vertigineuse ou étouffante des forêts tropicales du nord de la Martinique. Des îlets ponctuent les nappes d’eau turquoise qui bordent le paysage, tandis que les points de vue se renouvellent à chaque virage. Paysage préservé de la réserve naturelle et, avec le French Coco, hôtel à taille humaine. Le sable ici se fait roux, les vents constants à l’appel duquel répondent les surfeurs : Tartane, village du bout du monde et pêcheurs du bout du monde aux barques bariolées dont les noms invoquent la Providence. Sur la plage, une barque baptisée « Dieu fait tout voir »… Certaines merveilles pourtant se dérobent au regard, comme le French Coco derrière ses palissades !

C’est au sein de cette Martinique authentique que les propriétaires du « French » ont fait le pari d’un luxe feutré et exotique, mis en scène par l’architecte Olivier Compère.

L’hôtel s’articule en cabanons de bois autour de la demeure principale : lobby, restaurant, terrasses ventilées à l’étage, couloir de nage, salons extérieurs au rez-de-chaussée, et partout des papillons blancs car c’est un aménagement paysager extrêmement fin qui distribue les suites disséminées sur le site. Une coulée verte aussi touffue que délicate guide nos pas d’un bungalow à l’autre. Une des grandes réussites de l’hôtel est de s’être fondu dans la verdure et de présenter un condensé de la végétation antillaise, fleurs, fruits, plantes médicinales propres à agrémenter les mets et les cocktails du chef Nathanaël Ducteil.

Le bois est partout présent. Sa chaleur douce est tempérée par deux tons de gris anthracite et bleuté. Un vert lumineux et irradié de jaune habille le lobby. Le mobilier de Paola Navone pour Gervasoni apporte au lieu son élégance décontractée, plus les quelques touches rouges des coussins brodés à l’effigie de l’hôtel. L’éclairage mise sur le solaire avec les luminaires Maiori. Les Lampadaires blancs « Paris » veillent sur la piscine ; le soir, ils restitueront la lumière du soleil emmagasinée durant la journée. De la douceur, toujours, et un juste équilibre entre nature et culture.

A table, les matériaux naturels sont aussi à l’honneur : jarre en argile signée Alexandre Audel du Village de la poterie aux Trois-îlets, nappe en lin, assiettes Jars, et une écorce de fruit en guise de corbeille à pain. La carte est aussi chic qu’une partition ! Ce sont les hiéroglyphes de l’artiste martiniquaise Lyl Razin qui habillent les jaquettes blanches.

Cette sensorialité des matériaux voudrait inviter le visiteur à reprendre contact avec ses sens, à se laisser surprendre par les saveurs, car dès l’apéritif, que d’émotions ! Chaleur oblige en plein midi, on privilégie les cocktails sans alcool : agrumes, maracuja et glaçon basilic pour lui, cocktail fleuri à l’atoumo et pomme liane pour elle… Le nom des fleurs inconnues échappe, mais pas le souvenir suave et acidulé du cocktail, dont on retrouvera la saveur en sorbet, au dessert. Le service est attentionné, chaleureux et impeccable. La sensation est celle d’une maison d’hôtes. Parcourir la Martinique la journée et revenir nicher le soir au French Coco, quel délice !

Côté chambres, les 17 suites sont organisées selon le plan des maisons traditionnelles qui privilégie l’extérieur : piscine privative et jardinet miniature, terrasse aménagée pour y prendre ses repas ; l’espace intérieur est réservé au sommeil, à l’intimité. La salle de bain est tendue de zinc, le lit adossé à un parement de bois, le téléviseur dissimulé sous un morceau de jute. Les pollutions sont tenues à l’écart… et les moustiques aussi car le site fait l’objet d’un traitement écologique pour assurer à ses hôtes des jours et des nuits paisibles. Rien ne devrait donc troubler la volupté et le confort de votre séjour.

 

Le French Coco, votre nouveau refuge en Martinique !

 

Le French Coco fait partie des Small Luxury Hotels of the World. L’hôtel a ouvert ses portes le 1er juillet 2016. Restaurant sur réservation. www.hotelfrenchcoco.com

© Arts de la Maison – Toute reproduction totale ou partielle de cet article sans autoristation constitue une atteinte au droit d’auteur et un délit de contrefaçon.